vendredi 26 novembre 2010

Trouver sa voie

Je fais partie de ceux qui ont trop d'intérêts.

Je suis présentement en gros changements dans ma vie et je souhaite réorienter ma carrière. Le problème, c'est que tout m'intéresse. Bien, pas vraiment tout, mais il y a tellement de chose que j'aimerais faire qu'il m'est difficile de faire un choix et de me dire que je ne ferai que ça pour le reste de ma vie... ou pour un long moment.

Changer de carrière signifie un probable retour aux études. Comme je ne veux pas passer ma vie à m'endetter pour aller à l'école, je ne pourrai pas changer de carrière 15 fois dans les 35 prochaines années, nombres probables d'années où je serai sur le marché du travail. Chaque année passé à l'école est une année ou je m'endette au lieu de m'enrichir.

Je ne souhaite pas faire un métier super payant, ce n'est pas mon but. Je veux juste trouver quelque chose à faire que j'aimerai assez pour que chaque matin je me lève avec le sourire en sachant que je vais travailler. Je veux un travail-passion.

Présentement, j'ai fait 10 mois d'un DEP en coiffure et je n'ai pas aimé ça. J'ai fait un DEC en éducation à l'enfance et je n'aime pas ça ... J'ai envie d'étudier en pâtisserie, en informatique en création de site web, en photographie, faire une formation montessori et continuer a travailler en garderie mais spécialisé dans l'éducation montessori (c'est quand même une formation de 4 100$ et pas de prêts et bourses), faire un BAC en art plastique, ouvrir une boutique de matériel d'art et offrir des ateliers pour les grands et les petits ...

Ou si ce n'était pas des nombreuses années d'université, j'aimerais être pédiatre, enseignante, diététicienne, faire un bac en administration en finance, etc ...

Comment faire pour s'y retrouver quand on a trop d'intérêt !?

jeudi 25 novembre 2010

Bonnes nouvelles

Chéri a eu un nouveau poste ! Ce qui veut dire, que chéri va avoir un meilleur salaire et qu'on va déménager !! Un meilleur salaire, c'est toujours bienvenu, surtout quand chérie arrête de travailler pour son congé maternité! On a refait le budget et chéri est capable de tout payer tout seul. Nous n'aurons plus de ''lousse'', mais on va arriver. Ce qui va être le plus déprimant, c'est que nous ne pourrons probablement plus faire plus que le paiement minimum sur la carte de crédit (heureusement que nous n'en avons qu'une !!) .... du moins pendant un bout. Mais bon, ça arrive même aux meilleurs des moments plus difficiles !! On va s'en sortir plus fort et plus amoureux! Et ça va se replacer quand je vais recommencer à travailler!

Je suis triste de déménager, car j'aime ma maison, mais je suis très heureuse, car je sais que je vais me rapprocher de ma mère et de la famille de chéri. Avec le bébé qui s'en vient, me savoir plus proche de nos familles va me rassurer un peu, et si on peut déménager avant mon accouchement, je serais encore plus heureuse, car plus près de la maison de naissance, donc pas 1hr15 de route à faire pour aller accoucher, mais ça c'est pas certain du tout, car je ne veux pas vendre ma maison à perte, donc nous allons prendre notre temps.

Mais comme la vie arrange souvent bien les choses, je suis certaine que tout vas aller pour le mieux.

Pour le reste, je vais bien, même très bien. Je suis toujours fatiguée, car je ne dors pas très bien et je travaille encore beaucoup. J'ai eu des petites contractions la semaine passée. Ma sage-femme m'a dit que c'était probablement du à un accumulation de fatigue, ou à cause de mon utérus qui prend de l'expension. Elle dit de ne pas m'inquiéter à moins qu'elles deviennent régulières et très douloureuses. Pour le moment, ce n'est qu'inconfortable et c'est 2 ou 3 par jour ... quand je suis vraiment brûlée. Pour ce qui est des nausées, je peux dire que c'est fini, mais j'ai le coeur encore sensible quand il y a de fortes odeurs. Les couches de la garderie me rendent encore malade et j'ai encore de la misère avec la cuisine et surtout l'épicerie. J'ai mal au dos, mais c'est moins pire depuis que mon acupuntrice à travaillé mon nerf sciatique et tout le bas de mon dos.

Aujourd'hui je vais probablement faire mon arbre de noël. J'ai tellement hâte qu'il soit fait, sauf que j'ai l'impression que c'est une corvée contrairement aux autres années. J'ai toujours adoré noël, mais cette année, on dirait que je suis trop fatiguée pour mettre mes décos ... mais je vais le faire quand même pour le plaisir de mes yeux et je viendrai vous mettre des photos !

mardi 16 novembre 2010

Le pire est fait ...

Ça y est, j'ai annoncé la nouvelle aux parents.

Je me suis jamais sentie mal de même de toute ma vie. Je me sentais terriblement coupable et angoissée. J'avais l'impression de mettre tout le monde dans la ''merde'' à cause de ma fermeture.

Finalement, ça s'est plutôt bien passé. J'ai des parents qui ont beaucoup apprécié le 3 mois d'avis. Ce n'est pas à mon avantage, car s'ils partent avant, je me ramasse un peu mal prise financièrement, mais bon, c'est les risques du métier. Je ne voulais pas leur laisser seulement 30 jours pour trouver une bonne personne pour me remplacer.

Ce matin, j'ai l'impression qu'un parent me ''boudait''. Il semblait très distant. Mais en même temps, je le comprend, quand il a signé le contrat, il m'avait demandé ce que je ferais si je tombais enceinte. Je lui avait dit que je travaillerais jusqu'au bout et prendrais une remplaçante. Malheureusement, la vie n'a pas fait en sorte que ce soit aussi facile et il faut que je ferme avant de me taper un burnout.

Je me sens un peu plus légère. Je sens que le pire est derrière moi, même si je redoute un peu le moment ou mes petits amours vont partir pour une autre garderie. Je sais que ça va me faire énormément de peine, car je les aime tous vraiment beaucoup. J'ai la même clientèle depuis le début de ma garderie, excepté le petit dernier. Je les ai vu grandir, changer, évoluer. Ils sont comme mes enfants. J'en ai pris soin plus de 50 heures par semaine. J'ai passé plus de temps avec eux que leurs parents. C'est difficile de se dire que je ne les reverrai peut-être plus jamais ... à moins de les croiser dans la ville. Ils vont me manquer.

Mais il faut que je pense à moi et a mon bébé en premier. Il faut que je prenne du temps pour moi, pour me reposer et pour bien terminer ma grossesse.

Malgré la perte de mes petits amours, j'ai hâte au premier février...

mercredi 10 novembre 2010

Et voilà, c'est la fin

Je ferme définitivement ma garderie en Février 2011.

J'ai pris la décision de fermer dès que j'aurai droit à mon RQAP. Je sais que ce ne sera pas payant, mais au moins, j'aurai un tout petit revenu qui est mieux que pas de revenu du tout.

Je n'en peux plus, je ne suis plus capable du tout. Mon corps et ma tête ne veulent plus rien savoir de travailler 60heures par semaine... pour ce que ça m'apporte ....

C'est une grosse décision, car je déteste royalement mon boulot, car j'ai peur d'attraper tous les petits virus que les enfants ont et parce que je vomis chaque fois que je dois changer une couche pleine. C'est l'enfer depuis que je suis enceinte. Je manque d'énergie pour faire des activités avec les enfants, je ne me sens plus du tout éducative, car je fais plus de la surveillance que de l'éducation. Je manque vraiment beaucoup de patience à cause de la fatigue accumulée. Pourtant, j'adore mes petits cocos... Ils sont tous merveilleux et forment un groupe uni et solide. J'ai pour la majorité des bons parents, même si des fois, il y a des frictions au niveau de mes valeurs et des leurs. J'aurai aimé pouvoir tous les relocaliser dans une même garderie, ensemble. Savoir que je ne les aurais pas séparé et que n'aurais pas mis mes parents dans le trouble.

Je me sens très angoissée à l'idée d'annoncer la nouvelle à mes parents. Je sais que certain prendrons vraiment difficilement la nouvelle et ça me stress vraiment beaucoup. Néanmoins, il faut que je leur annonce assez rapidement pour ne pas qu'ils soient mal pris dans leur recherche, et pas trop pour ne pas qu'ils me quittent tous avant que j'ai droit au RQAP... mais dans le fond, ca me ferait du bien que quelques uns quittent avant terme... je suis trop épuisée.

Avez-vous des idées de comment je pourrais annoncer la nouvelle aux parents pour que ça ne passe pas trop mal ? Ce n'est pas que je n'ai pas essayé de me trouver une remplaçante, j'ai mis des annonces au cegep, une prof a envoyée mon annonce à toutes les finissantes de l'année passée, j'ai mis des annonces sur internet qui ont été visionnées près de 100 fois... et je n'ai aucun téléphone. ce n'est pas assez payant, et c'est beaucoup trop d'heures... et de travail (menage, désinfection, cuisiner, comptabilisé les factures, compiler les jours de présence des enfants, faire les journaux des enfants....etc)

Ma remplaçante occasionnelle actuelle ne pourra plus me faire de remplaçement après les fêtes, car elle tombe en stage pour presque toute la session. Je ne serai pas capable de faire des journées de 11hrs, 5 jours par semaine, on va devoir me ramasser à la petite cuillère si je fais ça. Il faut que je pense à moi et à mon bébé. Mais ça me rend malade de mettre mes parents dehors ... de les mettre dans une situation poche, car on sait tous que se trouver une bonne garderie, ce n'est pas facile et les places vacantes ne court pas toujours les rues ...

Comment réagiriez-vous si votre garderie fermait? Comment de temps avant la fermeture voudriez-vous qu'on vous avertisse? Y a-t'il une façon que je peux faire pour que la pilule passe bien? Je ne ferme pas par caprice, je n'en peux tout simplement plus ... J'en pleure presque à tous les jours ...

lundi 8 novembre 2010

un de perdu, 10 de retrouvés ...

Non, je ne parle pas de bébé ici, mais de symptômes de grossesse désagréables.

Je sais que je ne suis pas la seule à vivre des symptômes désagréables, mais je suis lamenteuse, je n'y peu rien ... Quand je ne feel pas, je ne feel pas et je chiale. Depuis que je suis enceinte, je ne feel pas. Je me sens toujours mal dans mon corps et ça m'angoisse.

Mes nausées sont beaucoup moins pire depuis une semaine environs. Je n'ai vomis que 2 fois en presque 10 jours ... (ca c'est le un de perdu...) J'ai encore un peu mal au coeur, mais c'est par bout.

Depuis une semaine, j'ai un foutu rhume. Normalement, dès que les symptômes apparaissent, je prends des tylenols rhume et sinus et le rhume n'a même pas le temps de me faire souffrir qu'il est déjà partie. Là, j'ai le droit de prendre ... que de l'eau, du tylenol et de l'hydrasense. Je souffre le martyr. Je ne dors presque plus parce que je suis incapable de respirer, je me reveille en panique parce que j'ai la bouche tellement sèche que j'ai l'impression que je vais mourir, j'ai la gorge en feu à force de respirer par la bouche et je ne goutte plus rien de ce que je mange.

J'ai mal à la tête depuis une semaine. Tellement terrible, que je dois prendre du tylenol aux 4 heures pour être capable de survivre sans me sentir migraineuse. J'ai recommencé à porter mes lunettes, car j'ai l'impression que ma vue à baissée... j'ai l'impression que ça aide un peu, mes maux de tête semblent moins pire.

Je suis épuisée. Je me sens faible, continuellement. J'ai de la misère à me lever le matin, j'ai de la misère à faire mes journées, je me sent comme un gros légume toute la journée. Pourtant je mange bien et je ne suis plus malade. C'est normal de toujours être fatiguée ?

Finalement, depuis 2 jours, j'ai le bas du dos en compote. J'ai de la misère à me trouver une position confortable, car je souffre énormément. Avec la garderie ce matin ça aide pas pentoute, car je suis toujours accroupie, ou je dois prendre un bébé dans mes bras pour le changer de couche ou le mettre dans son parc pour la sieste. Donc, mon dos souffre encore plus, et ça ne devrait pas trop s'améliorer avec le temps ...

Je pense que je suis dans une écoeurantite aigue. J'aimerais tellement arrêter mon travail... je lâcherais tout ça demain matin si je le pouvais... Je ne suis plus capable de faire la ''run'' comme on dit. Maudit argent qui mène le monde ...

samedi 6 novembre 2010

Fausse couche

Non, non !! Ce n'est pas de moi que je parle !! Mon bébé est toujours au chaud dans mon ventre et j'ai encore vomis hier soir pour me rappeler que j'étais enceinte, donc pas de danger.

La blonde du cousin de mon chum a fait une fausse couche cette semaine. Nous avions une semaine d'écart. Elle a fait sa fausse couche à 12 semaines. 12 semaines ... le moment magique que la majorité des femmes espèrent atteindre, car le risque de fausse couche devient presque nul.

Avant que je sois enceinte, je crois que je ne comprenais pas vraiment la douleur de perdre son bébé, même s'il était tout petit. Depuis le début de ma grossesse, même si elle est vraiment difficile et que je déteste ça, je vis toujours avec la crainte qu'il arrive quelque chose à mon bébé. J'ai souvent l'impression de ne pas être attachée comme une mère devrait l'être envers son bébé, mais quand je pense au risque de le perdre, mon côté mère ressort. Je ne veux pas perdre notre bébé, je le vivrais très mal, comme un autre échec de ma part au niveau de la conception.

Tout ça pour dire que ça m'a vraiment attristé de savoir qu'elle avait perdu son bébé à 12 semaines de grossesse. Moi qui voyait le 12 semaines comme la date sécuritaire où on peut commencer à respirer et se dire que le risque de fausse couche est derrière. Je sais bien que les risques sont là tout au long de la grossesse, j'ai un coco dans ma garderie qui est né a 23 semaines de grossesse. Mais quand même ...

J'imagine que pour elle ça va être difficile pour eux à noël lorsqu'ils vont me voir avec ma bédaine, qui théoriquement aurait du être a peu près au même stade que la sienne.

Je sais bien que je ne peux pas arrêter de vivre parce qu'elle a fait une fausse couche, mais je ne sais pas trop comment je devrai réagir lorsque je les reverrai. Le cousin de mon chum était tellement heureux que nos bébés soient si rapprochés (car lui et mon chum ont des dates de fête très rapprochées aussi), ils ont fêté leur paternité ensemble (en prenant un coup) ... je trouve tellement que la situation est délicate ...mon chéri aussi est affecté par cette mauvaise nouvelle.

Croyez-vous que la blessure sera moins forte à Noël? J'imagine qu'éviter de parler de ma bédaine sera une bonne idée... mais je ne pourrai probablement pas trop la cacher étant donné que je serai à 18 semaines et que j'ai déjà une bédaine ...

vendredi 5 novembre 2010

Bientôt Noël

Hey oui, dans 2 mois ce sera Noël.

Je ne peux m'empêcher de penser à tout ce que cela implique; les visites dans les familles, celles qu'on n'aura pas le temps d'aller voir. Les nombreux cadeaux à acheter, ou cette année ceux qu'on ne pourra pas acheter faute de moyens. Les soirées qui finissent tard, la fatigue accumulé, le retour de congé encore plus fatigué ...

J'aime Noël pour une chose; les décorations. J'aime l'ambiance chaleureuse des maisons parfumées à l'odeur de sapin, brillant de mille feux sous leurs nombreuses décorations. Les maisons couvertes de neige magnifiquement décorée de lumière multicolores, l'odeur de la tourtière qui cuit depuis 10 heures dans le four... revoir de la famille que nous n'avons pas vu depuis longtemps.

Cependant, je n'aime pas le côté commercial de la chose. Dans ma belle famille, la distribution des cadeaux prend souvent plus d'une heure .... c'est terriblement long! Et moi, je n'aime pas me sentir cheap parce que je ne fais pas de cadeau à tous le monde. C'est notre choix et cette année, c'est encore plus une obligation, car nous n'aurons pas les moyens de gâter tout le monde.

Avec la grossesse pas trop facile, j'ai du réduire énormément mes heures de travail, et je paye ma remplaçante plus cher que ce que je gagne moi-même. Je me sens toujours un peu mal de reçevoir un cadeau de quelqu'un alors que je ne peux pas lui en faire un moi-même. Comme si l'idée de recevoir sans pouvoir donner en retour était une chose innacceptable (ma mère m'a toujours dit que dans la vie on ne doit pas donner dans l'espoir de recevoir ). Pourtant aucune lois n'oblige les gens à faire des cadeaux à tous les membres de leur famille et personne ne m'a jamais dit que j'étais cheap parce que je ne leur faisais pas de cadeau...En même temps, ce serait un peu ridicule de ma part de faire des cadeaux à tout le monde quand je peine à payer mes factures. Pourtant ça me fait toujours un petit quelque chose de ne pas pouvoir offrir un cadeau. Si je peux m'en sortir pour un Noël en bas de 100$ cette année, je serai satisfaite!

Et vous? Comment vivez-vous cette fête? Comment se passe la distribution de cadeau ? Faite vous des cadeaux à tous le monde?

mardi 2 novembre 2010

Je dois être anormale

Hier nous avons eu notre premier rendez-vous en maison de naissance. Nous avons enfin pu entendre le coeur de notre bébé.

Ce fut bref, mais nous l'avons bien entendu. Pourtant, ça ne m'a pas fait grand chose. Je ne sais pas à quoi je m'attendais. Peut-être la crise de larmes, être ému au point de ne plus parler... bref la réaction dont presque tout le monde parlent sur les blogs et forums. Les gens autour de moi n'arrêtaient pas de me dire à quel point ça allait être magique et merveilleux, que pour eux ca été un moment tournant, c'est là qu'ils ont vraiment réalisé l'ampleur de ce qui se forme à l'intérieur de leur ventre.

Pour moi? Rien. Oui, j'ai eu un sourire, mais je me demande si c'était plus du a la nervosité qu'à la réelle joie d'entendre ce petit battement de coeur dans mon ventre. Oui, je suis rassurée, son petit coeur bat, ça veut dire qu'il est en vie, mais est-ce que ça me fait quelque chose en dedans, est-ce que je me sens plus maman?

La réponse est non. Je ne me sens pas du tout maternelle envers ce petit être qui grandit en mon ventre. J'ai l'impression de ne rien ressentir du tout. Pourquoi, quand je lis les autres, j'ai l'impression qu'être enceinte est la plus belle chose qui puisse arriver et que dans ma tête et dans mon coeur, je me sens comme si ce n'était rien. Je me sens complètement détachée par rapport à ce qui se passe dans mon ventre.

Je ne sais plus quoi penser. Je me sens tellement anormale face à toutes celles qui vivent la grossesse sereinement. Je me sens mal de me sentir comme je me sens, de ne pas avoir de sentiment profond pour ce petit ange qui grandit en moi. Existe-t'il un lien entre l'attachement pendant la grossesse et l'attachement à la naissance? Ça me fait peur ...