jeudi 31 mars 2011

de 27 a 32 semaines

Ma bédaine est tellement rendu énorme, j'ai l'impression que je vais exploser d'ici mes 40 semaines !! La dernière photo à 27 semaines et 4 jours : et ma photo d'hier à 32 semaines ... c'est fou ce qu'elle a grossit !!! J'ai terriblement mal dans le ventre. Là où il n'y a plus de muscles à cause des grands droits qui se sont poussé de chaque côté, c'est super très sensible, surtout à la hauteur de l'estomac. On dirait que j'ai toujours un bleu permanent et ça fait mal. Hier soir j'ai appelé ma sage femme, parce que ça fait 3 jours que j'ai de la misère à marcher à cause de la douleur (pas celle du haut cette fois, mais celle du bas). C'est ma symphyse qui est douloureuse et c'est vraiment, mais vraiment handicapant! Me tourner dans le lit est une vrai torture, alors imaginer me lever la nuit pour aller faire pipi! Un Calvaire! Je me sens comme une grosse épave dans la maison. J'ai de la misère à m'habiller, alors je fou pas grand chose d'autre... Lundi, j'ai une grosse journée : endocrinologue à 9h00, diététicienne à 10h00 et sage-femme à 13h00. Pour le moment mon diabète ne me cause pas de problème, je contrôle bien ma glycémie, sauf ce matin ou j'étais .2 trop haut... il faut vraiment que je mange avant de me coucher. J'ai un peu de misère à me piquer le doigt pour prendre ma glycémie, mon mental ne comprend pas le but de me faire mal volontairement, ça me prend tout mon petit change pour appuyer sur le bouton ! Il faut aussi que je n'oublie pas de me laver les mains avant de prendre ma glycémie, parce que ce matin, je devais avoir des résidus de banane sur mon doigt et je petais un 8.9... et après m'être lavé les mains, j'étais à 6.8 ce qui est tout a fait acceptable! Alors je peux manger une banane pas trop mure au déjeuner...j'aime tellement les toasts aux bananes et beurre d'arachide! Ça aurait été une torture de ne pas pouvoir en manger! La diététicienne m'avait dit de l'essayer et que si ma glycémie était ok, je pouvais en manger, sinon pas de fruits au déjeuner.

dimanche 27 mars 2011

Manque de tact

J'ai l'impression des fois que les gens de mon entourage ne se souviennent plus des long mois que j'ai passé à brailler pour essayer d'avoir un bébé. Ils ne se souviennent pas que pour avoir ce bébé j'ai dû me faire opérer à l'utérus, j'ai du prendre des tas de pilules, j'ai du rencontrer une psychiatre, j'ai signé mes papiers pour aller en insémination, mais j'ai mis presque 6 mois avant d'y aller parce que je ne me sentais pas prête, mais finalement c'est arrivé tout naturellement 4 jours après notre mariage.

Oui, je sais que certaines filles ont énormément de difficulté à concevoir et contrairement à ce que les autres pensent, ce n'est pas parce que je suis enceinte présentement que je ne pense jamais à elles. À chaque jour qui passe, j'ai une pensé pour toutes celles qui vivent cette situation difficile, pour toutes celles qui versent des larmes à chaque règles, pour celles qui en auront peut-être jamais. Elles sont pour toujours dans mon coeur, car je sais très bien à quel point ça fait mal, à quel point on souffre intérieurement. Je me souviens très bien de comment c'était pour moi, alors je suis très sensible à ce qui se passe dans leur coeur.

Mais est-ce parce que d'autres ne peuvent pas avoir d'enfant ou on de la difficulté à en avoir que je dois absolument vivre ma grosssesse que je trouve difficile avec le sourire? Est-ce que je dois aimer vomir 24hrs par jour, est-ce que je dois etre heureuse de me faire dire que mon bébé risque d'avoir un spinabifida, est-ce que je dois banaliser le fait que je ne respire plus par mon nez depuis presque 3 mois et que j'utilise près de 126 mouchoirs par jour (une boite), est-ce que je dois dire youppi, je fais du diabète de grossesse et je ne peux plus manger de sucre?

Je suis désolée, mais me faire dire de ne pas me plaindre parce que d'autres filles ont de la misère ou ne sont pas capable d'avoir d'enfant, c'est comme de dire à un depressif, fait toi s'en pas, des gens se suicident pour moins que ça, t'es chanceux toi tu fais juste une dépression. Ça fait juste enfoncer le clou un peu plus profond et ça donne l'impression que vous pensez qu'on est insensible à la cause des autres.

Peut importe ce qu'il nous arrive dans la vie, il va toujours y avoir quelqu'un qui vit pire; tu as perdu ta job, fait toi s'en pas, y'a des gens qui vivent dans la rue, y te reste encore ta maison, tu t'es cassé une jambe et ça fait mal ? Plains toi pas, y'a des gens en chaise roulante qui remarcheront jamais, ton chum t'as laissé? Ne pleure pas y'en a qui ont jamais eu la chance de connaitre l'amour, Ton fils est mort? Ce n’est pas grave, y'a des femmes qui ont jamais eu la chance d'avoir un enfant, Vous voyez bien que c'est ridicule?

J'ai mal et je souffre intérieurement de vivre une grossesse aussi difficile (de mon point de vue), je culpabilise parce que je me sens mal et que je déteste ma situation alors que je l'ai désiré de tout mon coeur, je sais que certaines filles rêvent d'être enceinte tout comme je l'ai souhaité pendant 2 ans et demi et que ça dois les faire chier de me lire chialer contre ma grossesse, je le sais parce que j'ai déjà été à leur place. Je ne comprenais pas les femmes qui se plaignaient de leur grossesse, tout ce que je voyais, c'était la chance qu'elles avaient d'être enceinte ...

Étrangement, celles qui me font le plus souvent le reproche de ne pas penser à celles qui ne peuvent pas en avoir sont celles qui n'ont pas eu de difficulté à concevoir ... Pour avoir déjà été parmis celles qui ont souffert de l'infertilité, je peux vous assurer que je pense à elles à chaque journée qui passe, et que malgré le fait que je me plains ouvertement de ma grossesse, je mesure très bien la chance que j'ai d'avoir enfin un bébé dans mon ventre.

On veut être enceinte, on veut avoir un bébé, mais on ne choisit pas le type de grossesse qu'on va avoir et encore moins la façon dont on va la vivre, car dans ma tête, avant que ça m'arrive la grossesse était un moment merveilleux et il était impossible de ne pas aimer ça. J'étais aussi convaincu que MA grossesse allait se dérouler comme un charme et que les problèmes ça n'arrivait qu'aux autres ou à celles qui ne font pas attention à leur santé. À elles, celles qui fument, prennent un petit verre de temps en temps malgré la grossesse, celles qui ne mangent que du fast food, celles qui ne font attention à rien et qui ont une belle grossesse quand même, est-ce qu'on leur reproche de ne pas penser à celles qui ne peuvent pas en avoir et qui ferait n'importe quoi pour être à leur place alors qu'elles prennent des tas de risques pour leur bébé?

Pourquoi on a pas le droit de le dire quand ça va pas? Pourquoi ça dérange quand on se vide le coeur de ce qui ne va pas? De plus en plus de gens doivent consulter des psychologues parce qu'ils sont en dépression... ne croyez-vous pas que si on les avait écouter parler de ce qui n'allait pas, si on leur avait offert une oreille alors qu'ils se plaignaient de ce qu'ils trouvaient difficile, ils n'auraient peut-être pas eu à consulter... et peut-être que certaines personnes ne se seraient jamais suicidées.

Je n'en suis pas encore rendu là, mais j'ai mal et je souffre beaucoup de cette grossesse difficile. Malheureusement pour moi, je la vis très mal et j'ai hâte qu'elle se termine depuis le début, depuis que j'ai commencé à me vomir le coeur et l'âme, car depuis ce temps, j'enchaine les mauvaises nouvelles et les symptômes désagréables que je semble collectionner. J'ai toujours rêvé d'avoir une grosse famille, je voulais avoir 4 enfants ... présentement, j'ai encore de la misère à voir le bout de cette grossesse et je n'envisage surtout pas d'en revivre une autre. J'aurais tellement aimé avoir une belle grossesse, j'aurais tellement aimé me lever chaque jour en étant heureuse d'être enceinte .... au lieu de vivre chaque jour avec l'angoisse et la culpabilité qui me rongent intérieurement.

mercredi 23 mars 2011

Petite récap ...

Aujourd'hui, hier et les jours d'avant ... je passe mon temps à brailler.

Je suis vraiment dépassée par ma grossesse. Je déteste mon état et j'ai vraiment une sale hâte d'accoucher.

Je culpabilise déjà comme une malade, alors inutile d'en rajouter. Je sais c'est quoi ne pas pouvoir tomber enceinte, je sais à quel point ça fait mal de voir les autres autour pour qui ça marche quand ça veut rien savoir pour soi.

Mais on ne peut pas savoir si on va avoir une belle grossesse et encore moins si on va aimer ça quand on va être plongée dedans sans sortie de secours.

Avant d'être enceinte, pendant les 2 ans et demie qu'on duré nos essais, j'ai pleuré et pleuré. Je voulais tant que ça marche. Dans ma tête, la grossesse était un moment merveilleux que toutes les femmes vivaient de façon sereine et je ne comprenais pas les femmes qui se disaient à boute vers la fin et qui avaient hâte d'accoucher.

Je me souviens avoir tâté mon ventre en me disant combien il devait être merveilleux de porter la vie en soi et combien j'allais aimer être enceinte. (doigt dans l'oeil ouais !!)

Aujourd'hui, je vis énormément de culpabilité. Pourquoi? Parce que mon rêve de grossesse idéal et parfaite est partie en fumé, alors que le rêve que je chérissais du plus profond de mon coeur se réalisait. J'allais être maman.

Au tout début, ce fût les nausées et l'épuisement. On ne parle pas de fatigue, je n'avais même plus l'énergie nécessaire pour prendre soin de moi et pour sortir du lit le matin. Je ne pouvais plus rien avaler au risque de tout vomir. À plusieurs reprises, j'ai passé près d'être hospitalisée pour déshydratation.

Ensuite, le tripple test qui m'annonce que mon bébé à des risques de malformation du tube neurale. On me dit de ne pas paniquer que ça arrive souvent que les résultats sont de faux positifs. Je dois attendre 1 mois pour qu'on me dise à l'échographie qu'il n'y a rien de visible et que bébé est probablement en très bonne santé. Nous ne le saurons vraiment qu'à l'accouchement, car il y a tout de même des risques qu'elle ait une malformation minime.

Ensuite, est venu la rhinite allergique de grossesse. Et oui, moi qui souffre d'allergie en temps normal, elles sont amplifié par ma grossesse, ce qui fait que j'ai le nez bouché ou qui coule en permanence, les yeux qui pleurent, le palais et les oreilles qui démangent. Malheureusement pour moi, le seul moyen de m'en guérir est d'accoucher.

Aujourd'hui, mon test O'sullivan vient confirmer que je fais du diabète de grossesse. Je fais déjà attention à ce que je mange, mais je trouve vraiment difficile de devoir me faire dire comment et quoi manger, et devoir me piquer 3-4 fois par jour pour vérifier mon taux de glucose dans le sang me purge.

Tout ça, sans compter les douleurs ligamentaires, les maux de tête, la fatigue, les pleurs fréquents pour des niaiseries, les coups de pieds de ma fille qui deviennent de plus en plus douloureux, les insomnies fréquentes, les pipis aux 15 minutes, l'incapacité d'attacher mes souliers toute seule, l'essouflement au moindre effort, les palpitations cardiaques pour rien, la bédaine qui devient de plus en plus grosse, de plus en plus pesante et les vergetures qui accompagnent le tout...

et pour que le tout soit encore plus pénible, on doit déménager bientôt et redéménager après mon accouchement.

Je suis angoissée, épuissée et vraiment au bout du rouleau... j'ai hâte que tout ça soit fini.

Désolée pour celles qui sont toujours en essais bébé et/ou celles qui rêvent de la grossesse parfaite... mais être enceinte n'est pas un conte de fée pour tout le monde.

On me dit toujours de ne pas m'en faire, que je vais tout oublier à l'accouchement... peut-être, mais en attendant, mon coeur de maman souffre énormément et j'ai le moral plus bas que le plancher.

mardi 22 mars 2011

Concours Kodak Pulse

Un petit concours organisé par Un blog, une maman. Il s'agit de publier une photo que nous avons prise qui nous fait penser au printemps qui s'en vient. Voici donc ma participation :


Une petite photo que j'ai prise lors de mon voyage de noce ... j'ai du en prendre près d'une vingtaine pour avoir une bonne prise de ce joli monarque!

Saviez-vous que le monarque est un papillon qui migre? Il va passer l'hiver au Mexique!

mercredi 9 mars 2011

test diabète

Mon résultat est de 8.2 et la limite est de 7.9

Ma sage-femme est pas trop inquiète, mais je dois quand même aller passer le deuxième test d'hyperglycémie à 75mg pour voir si c'est pas un faux positif, ou un genre d'intolérance au glucose, ou si je suis vraiment diabétique de grossesse.

Je suis un peu frustrée. Moi qui vit déjà assez mal avec la grossesse, voilà une autre chose plate qui me tombe dessus. La bibitte à sucre en moi souffre, mais pour le bien de ma puce, je vais faire attention à tout ce que je vais manger. Ce sera mon premier gros sacrifice en tant que maman, car ne pas manger de chocolat est un super gros sacrifice pour moi! Heureusement, chéri m'a promis d'être solidaire avec moi et de calmer ses rages de desserts après les repas.

Hier nous avons eu le premier cours prénatal. Chéri à trouvé ça vraiment intéressant. La sage-femme nous a montré chaque étape du travail, de la poussée et de la délivrance avec un genre de bébé bout choux avec un cordon et placenta et un bassin de femme en OS. Comme en maison de naissance c'est des accouchements naturels, elle ne nous a pas faire accroire que ce serait facile, elle nous a beaucoup parlé de la douleur et de nos états d'âmes probable à chaque étape. Je croyais que ça allait me traumatiser un peu, moi qui est si chochote, mais au contraire, ca m'a donné du courage encore plus. Plus j'avance dans mon aventure et plus je me sens confiante face à cette journée.

J'ai aussi pris conscience que bébé passe un méchant quart d'heure lui aussi et que c'est pas facile tout le travail qu'il a a faire. Tenter un accouchement naturel est pour moi une façon de lui dire, c'est difficile pour toi et je t'accompagne dans cette douleur. On va vivre ce moment ensemble et on va juste s'aimer un peu plus fort après.

C'est ma vision des choses, peut-être que c'est du n'importe quoi pour vous, que vous voyez ça totalement différent, mais je suis zen avec mon choix et les raisons qui me poussent à accoucher naturellement. Et je respecte totalement les femmes qui décident d'accoucher autrement. Après tout, chaque accouchement est différent, tout comme chaque femme est différente. Alors à l'hopital ou en maison de naissance, naturel, avec epidurale ou en césarienne, l'important c'est que nous ayons notre bébé au bout du compte, hein !!

mardi 8 mars 2011

Enfin, ca débloque !

Les papiers sont signés. On a eu notre prêt hypothécaire pour la construction de notre nouvelle maison! Enfin, un stress de moins ! On rencontre le notaire le 18 mars pour l'achat du terrain et on se lance dans cette grande aventure qu'est la construction. Il y a énormément de choses à penser et à choisir.

Sur un autre ordre d'idées, c'est qui qui a dit qu'une femme enceinte avait une super belle peau? J'ai l'impression d'avoir un champ de fraises dans la face tellement j'ai de l'acnée! Y a-t'il moyen ou une cure miracle pour faire passer ça? J'ai jamais eu de boutons, même quand j'étais ado. Mettons que ça me brise un peu le moral ... et le visage ! Ça fait mal des boutons, crime !

Sinon, les hanches me font toujours souffrir et c'est de pire en pire, surtout la nuit, je suis vraiment sur le point de dormir assis dans un Lay-Z-Boy parce que ca dort pu sur le côté, ni sur le ventre ou sur le dos. J'ai MAL !! Je vais me faire masser aujourd'hui, j'espère que comme la dernière fois, ça va aider un peu. Si je peux avoir 2 jours de repos, c'est au moins ça de gagné!

Y me reste 79 jours avant ma DPA. Ça s'en vient vraiment vite ! J'ai hâte de voir ma puce, de la prendre dans mes bras, de la cajoler, de lui donner des bisous ... Je suis un peu tanée d'être enceinte... je trouve mon ventre pesant, me lever la nuit est de plus en plus pénible, je ne suis plus capable d'attacher mes souliers, me pencher ne garantie pas toujours que je vais etre en mesure de me relever toute seule et je suis tellement essouflée et fatiguée. En plus, je commence à me transformer en zèbre sur la bédaine... j'espérais ne pas avoir de vergeture, mais ça d'l'air que c'est pas nous qui choisissons ! J'essaie de me dire que c'est pour une bonne cause, mais ça m'écoeure un peu de savoir que mon ventre sera zébré rouge, flasque et ratatiné après l'accouchement et que probablement que ça reviendra jamais comme avant. On le sait avant de tomber enceinte, mais on espère que notre peau va être super élastique comme celles qui n'ont aucune trace de leur accouchement .... malheureusement, ce n'est pas le cas pour beaucoup d'entre nous.