vendredi 29 juillet 2011

Sortir avec bébé

Depuis que j'habite ma nouvelle maison, je dois vous avouer que je passe vraiment, mais vraiment beaucoup de temps à Québec (chez maman, au cinéma ou au magasinage!). Oui, je me tape 25 minutes de voiture pour y aller et la même chose pour en revenir et tout ça, avec ma belle poulette! Mais voyager en auto avec bébé ce n'est pas toujours rose!

Tout d'abord, ma constatation depuis que j'ai un bébé; fini la spontanéité. Chéri et moi, avant d'avoir un bébé, aimions beaucoup voyager. Souvent, on partait sur un coup de tête, comme ça, sans vraiment planifier. Comme on habitait la Beauce et que nous avions de la famille et des amis un peu partout au Québec, ça arrivait souvent qu'on décide à la dernière minute de partir pour la fin de semaine. On aime beaucoup faire de la route! (notre voiture à un an et déjà on atteint le 30 000km dessus!)

Maintenant, avec Miss O nous devons planifier nos voyages. Il faut qu'on sache ou on va, si c'est adapté à bébé, si bébé est accepté dans ce genre d'endroit (quand c'est pas famille et amis), qu'est-ce qu'on doit apporter pour elle; vêtements, vêtements de rechange et de secours pour les enfants vomisseux. Ça prend des couches, des lingettes, les produits de bain, la pharmacie de bébé juste au cas (termomètre, tempra, creme de zinc pour ne nommer que ça) le parc, la poussette, le porte bébé, des couvertures de rechange et de secour, des débarbouillettes, bavettes et truc pour le vomis... si on allaite pas c'est biberon et lait en poudre (prévoir une glacière si on prépare les trucs d'avance...), les purées si bébé est rendu là... bref, vous comprenez un peu le concept, surtout toutes celles qui ont des enfants! Des fois, juste aller souper chez des amis peut se transformer en parcours du combattant pour avoir tout ce dont bébé pourrait avoir besoin!

Ce n'est pas tout. Miss O n'est pas toujours d'une patience d'ange dans l'auto. Des fois, elle hurle pour qu'on la change, pour qu'on la berce, pour manger ou juste parce qu'elle en a marre d'être assise toute seule face au siège arrière de la voiture (qui aimerait ça d'ailleur!). Un voyage de 3 heures en auto peut se transformer en voyage de 4 heures et même plus si ça ne va pas du tout! Donc, il faut planifier! On oublie la spontanéité pendant un bout!

Pour nous aider dans les sorties on développe des petits trucs. Dans mon cas, j'ai 2 sacs à couche. Le petit pour les sorties de quelques heures qui contient le strict minimum, c'est à dire une couverture, des couches, lingettes humide, un vêtement de rechange en fonction de la température, un petit pot de zinc au cas, tempra, concyntal pour les coliques et termomètre. Ensuite, le gros sac à couches, que je vide et refais avant de sortir, qui contient tout ce dont bébé a besoin si je part une journée ou plus (pyjama, truc pour le bain, vêtements chaud, rechange, médication, etc ...). Si je pars avec le gros, je pars toujours avec le petit aussi (quand on est a l'extérieur on veut pas sortir toujours avec le gros sac pour aller magasiner ou visiter un musé et de toute façon, il me sert de sacoche). Les listes sont aussi un must avec bébé! Un autre truc; voyager quand bébé calme ou endormie. Si bébé fait une sieste dans le jour, on part au moment de la sieste et bébé fait dodo dans l'auto. On peut voyager de nuit pour que bébé fasse dodo dans l'auto, ou dans mon cas, on part très tôt le matin parce que Miss O est une dormeuse du matin! Elle se lève très tard... et commence tout juste à faire des siestes pendant la journée.

Mais, même si on ne peut plus être spontané avec un bébé, on ne doit pas s'empêcher de sortir pour autant. On planifie et on amène bébé avec nous! On ne pourrait pas arrêter de voyager puisque ma famille est à l'extérieur et parce qu'on a toujours adoré ça. On doit habituer bébé à voyager même si ce n'est pas toujours facile pour elle ... (Comme elle est dépaysée quand on est en visite chez la famille, elle demande beaucoup d'attention... mais c'est normal, elle est encore toute petite et elle a besoin d'être rassurée souvent!)

Et vous? Quels sont vos trucs pour voyager avec bébé?

mercredi 27 juillet 2011

Le regard des autres

C'est innévitable, dès que nous sommes mamans, on se fait regarder par les autres... tout comme nous, mamans que nous sommes, regardons les autres mamans.

On regarde la voisine qui hurle après ses enfants et on se dit dans sa tête qu'elle ne l'a pas du tout et que ses enfants lui montent sur la tête. On regarde la maman qui donne un biberon à son bébé pendant que nous on allaite et on se dit qu'elle ne donne pas a son bébé ce qu'il y a de meilleur. On regarde la maman qui est habillée comme une punk et on se dit qu'elle est surement une mauvaise mère ... un peu comme dans Beautés désespérées.

Mais puisque nous jugeons les autres mamans, dans notre tête on s'imagine souvent ce que les autres peuvent penser, on se vexe d'un commentaire sur l'allaitement parce que pour nous, tous les efforts qu'on fait valent vraiment la peine. On se vexe quand quelqu'un tente de nous donner un conseil, car on croit qu'il pense que nous sommes une mauvaise mère. On se fâche si on nous dit un commentaire négatif sur notre enfant dans le genre, tu vas en faire un bébé à bras, tu la gâte trop, tu ne devrais pas faire si ou ça, ça va lui donner de mauvaise habitude...

On a raison de réagir. On est une maman. Une maman ça défend ses petits, une maman ça donne tout ce qu'elle a de meilleure a ses petits, une maman fait de son mieux et veux ce qu'il y a de mieux pour sa famille. On ne pourra jamais empêcher le monde de nous regarder et de nous juger, de la même façon qu'on ne pourra jamais s'empecher de regarder la voisine et de juger sa façon de faire. Mais, la maman défendra toujours sa façon de faire et sa famille, car elle est convaincu que ce qu'elle donne a sa famille, c'est ce qu'il y a de mieux et la maman voudra défendre ses opinions, même si elle sait qu'ils ne font pas toujours l'unanimité... c'est ce que j'ai appris depuis 2 mois.

Comme je fais partie de celle qui croit fortement au maternage, on me lance souvent des commentaires qui me blessent, qui viennent mettre des doutes dans mes convictions, qui me dérange et parfois, j'en viens à me fâcher parce que j'ai l'impression d'être seule dans mon combat pour mes convictions et que personne croit au bienfait du maternage.

J'ai choisi d'allaiter ma fille et j'aimerais le faire au moins jusqu'à un an, je pratique le cododo (jusqu'à ce qu'elle fasse ses nuits) parce que ça rend mon allaitement tellement plus simple (et avouons le aussi parce que j'aime avoir ma fille près de moi), je pratique le portage en écharpe (je n'utilise presque plus ma poussette) et je refuse de laisser mon bébé pleurer tout seule. De plus, j'utilise 80% du temps des couches lavables... ce sont MES CHOIX et je suis convaincu que c'est ce qu'il y a de mieux pour ma fille, même si souvent on tente de démolir mes convictions et qu'on me met des doutes dans la tête, j'ai l'intention de perséverer!!

lundi 18 juillet 2011

Pour vous préparer à être maman

1. Enfilez un peignoir et fixez-vous un sac rempli de haricots sur le ventre. Au terme des neuf mois, ôtez seulement 10% de son contenu, filez chez le pharmacien, videz votre portefeuille sur le comptoir et invitez-le à se servir. Ensuite, allez au supermarché et demandez que votre salaire soit automatiquement viré sur le compte du magasin.

2. Pour avoir un aperçu de vos futures soirées, arpentez le salon de 17 à 22H en portant un sac humide pesant entre 4 et 6 kgs. A 22h posez le sac, réglez votre réveil à minuit et allez vous coucher. A minuit, relevez-vous et marchez à nouveau dans le salon avec le sac pendant une heure. Réglez le réveil à 3h... Impossible de fermer l'oeil, bien sûr, alors relevez-vous à 2h et servez-vous un verre. Retournez au lit à 2h45. Quand le réveil sonne, un quart d'heure plus tard, debout ! Chantez des berceuses dans le noir jusqu'à 4h. Réglez le réveil à 5h. Levez-vous, préparez le petit déjeuner. Maintenez ce rythme pendant 5 ans... dans la joie et la bonne humeur !

3. Evidez un melon et percez dans la peau un petit trou de la taille d'une balle de golf. Suspendez-le au plafond avec une ficelle. et faites-le balancer de gauche a droite. Prenez un bol de bouillie, bien liquide, et essayez de nourrir le "melon" toujours en mouvement, en jouant à l'avion - :-))) - avec une cuillère. Continuez jusqu'à ce que le bol soit à moitié vide ; versez le reste... sur vos genoux... bravo ! vous savez maintenant faire manger un bébé !

Pour avoir une idée de ce qui se passera lorsqu'il commencera à marcher, étaler de la confiture sur le canapé et sur les rideaux ; dissimuler un bâtonnet de poisson surgelé derrière la chaîne Hi-fi et laissez-le là un mois ou deux...

4. Habiller les tout-petits n'est pas une partie de plaisir. Commencez donc par acheter une pieuvre et un filet à provisions : essayez de glisser la pieuvre dans le filet sans qu'aucune tentacule ne dépasse... temps prévu : la matinée ...

5. Dites adieu à votre cabriolet au profit d'un break. Mais n'espérez pas garder la voiture propre et étincelante comme au premier jour. Les familiales ne sont jamais propres et étincelantes. Achetez donc une glace à la vanille et oubliez-la dans la boite à gants. Puis enfoncez une pièce de cinq francs dans le lecteur de CD ou de cassettes. Ecrasez un paquet entier - familial, bien sûr - de biscuits au chocolat sur les sièges arrières. Enfin, rayez chaque côté du véhicule à l'aide d'un râteau. Là ... parfait !

6. Préparez-vous à sortir. Attendez une demi-heure à la porte des toilettes. Sortez de chez vous. Rentrez. Ressortez. Rerentrez. Ressortez et dirigez-vous vers la voiture. Revenez sur vos pas. Puis allez à nouveau jusqu'à la voiture. Marchez sur le trottoir très lentement pendant cinq minutes. Inspectez minutieusement le moindre mégot de cigarette, bout de chewing gum, mouchoir en papier, insecte mort, ... Refaites le même chemin en sens inverse. Vous n'en pouvez plus d'attendre ? Criez-le jusqu'à ce que vos voisins viennent tous à la fenêtre. Très bien : désormais, vous savez ce que c'est de partir en promenade avec le petit ...

7. Allez au supermarché en emmenant ce qui se rapproche le plus d'un enfant en bas âge - une chèvre adulte, de préférence - Si vous avez l'intention d'avoir plusieurs enfants, prenez plusieurs chèvres. Faites vos courses sans les perdre de vue et payez tout ce qu'elles auront cassé ou dévoré...

8. Apprenez le nom de tous les héros favoris des enfants. Le jour où vous vous surprendrez à chanter une chanson des Mélodilous dans votre bain, c'est bon, vous aurez gagné votre titre de parent !

9. Répétez tout ce que vous dites au moins cinq fois.

10. Une dernière recommandation : avant de faire des enfants, allez voir tout d'abord des amis qui en ont déjà. Critiquez abondamment leur méthode d'éducation, leur manque de patience ou d'autorité. Permettez-vous aussi de donner des conseils sur l'heure du coucher, le pot, les bonnes manières à table, etc.. En un mot, aidez-les à résoudre leurs problèmes, et profitez-en bien :

c'est la dernière fois de votre vie que vous détiendrez les solutions.

(Auteur inconnu)

mercredi 13 juillet 2011

Le sentiment d'incompétence

Il y a tellement longtemps que je voulais écrire ce billet mais avec ma puce, mes priorités ont changé et mon blog est un peu laissé à l'abandon. Je trouve ça un peu dommage, car j'aime beaucoup écrire!

Je ne sais pas pour les autres mamans, mais quand j'ai eu ma fille, j'ai vécu un gros sentiment d'incompétence. Je m'étais préparée à la venue de ma fille mais ça été plus fort que moi. Je me suis tellement sentie pas habile avec elle. Déjà avec l'allaitement, je ne savais pas trop comment m'installer, je n'étais pas confortable dans ma position, j'avais mal dans le dos parce que j'étais toute croche...elle était si petite et j'avais peur de lui faire mal, de la ''briser'', je ne voulais pas la faire pleurer inutilement ...

Et ce n'est pas les médecins et infirmières qui nous font sentir un peu plus compétent. Vous auriez du voir l'infirmière qui m'a aider avec mon allaitement. Il y en a 2 qui m'ont presque forcée à lui donner du lait en cane, une qui ma pris le sein, la écrasé et la ''foutu'' dans la bouche de ma fille. J'avais de la misère à faire le rot de ma fille, l'infirmière me la prend des bras et lui assène une ''couple'' de bonnes ''claques'' dans le dos si fort que j'en étais complètement outrée. Mais en même temps, c'était ce qu'il fallait faire, ma fille s'étouffait dans ses secrétions sinon.

Au CLSC dernièrement, on m'a fait sentir comme une mauvaise mère parce que je refuse de donner un supplément de vitamine D à ma fille. L'infirmière m'a dit que sa croissance pouvait être compromise. Est-ce qu'elle croit que je ne me suis pas renseignée avant de décider de ne pas lui donner ça? La vitamine D est emmagasinée dans le corps lorsqu'on s'expose au soleil. 5 minutes par jour suffise et ce, même à l'ombre. Ma fille est née en mai, au moment de l'année ou il y a le plus de soleil. On sort dehors tous les jours quand il fait beau. La vitamine D est aussi stockée par le corps, alors elle en a en réserve pour les jours où il n'y a pas de soleil. Elle ne fait pas partie de la population à risque; personnes noires et asiatiques qui assimile moins bien les rayons du soleil. Alors ma fille n'a pas besoin de ça.

On me remet toujours en question lorsque je refuse de laisser pleurer ma fille. Pourquoi je laisserais mon bébé de 2 mois en pleurs? Un bébé qui pleure est un bébé qui a un besoin a combler ou encore une émotion très forte. Laisser pleurer mon bébé serait l'équivalent de dire à mon chum d'aller dans sa chambre jusqu'à ce qu'il ait repris le contrôle de ses émotions s'il venait me voir pour que je le console. À 2 mois, un bébé n'a pas de caprice et n'est pas manipulateur. Vous savez, en plus j'ai un bébé qui a une grosse période de pleurs intenses tous les soirs. Elle a besoin d'évacuer son stress de la journée et seulement moi peu la prendre et la consoler, même papa n'y peut rien. À tous les soirs, j'ai ma fille dans les bras et je lui parle doucement par dessus ses pleurs, je la laisse pleurer et je lui dit que c'est bien qu'elle évacue le stress de la journée, qu'elle peut se laisser aller, que maman sera toujours là pour elle, etc. J'ai une fille merveilleuse et je l'aime plus que tout au monde et je refuse pour le moment de la laisser pleurer, même si cela signifie que je vais me coucher très tard le soir, même si ça veut dire que je vais allaiter 3 fois en 2 heures, même si je dois avoir ma fille dans les bras pendant 2 heures alors qu'il fait 30 degrés et que je suis en sueur et elle aussi. C'est drôle les commentaires qu'on peut me faire quand je l'allaite à la demande, la prend contre moi dès qu'elle le demande, fait du cododo quand elle ne veut pas dormir dans son lit ou le matin après son boire de 5hrs, etc... En fait souvent, ca me fait ''chier''. Plus on répond rapidement aux besoins d'un bébé, plus rapidement il devient un enfant autonome, sécure et équilibré. Voici un lien sur les pleurs de bébé que je vous suggère de lire si vous avez l'habitude de laisser pleurer bébé dans son lit le soir.

Il y a aussi ma belle mère qui n'arrête pas de me dire de lui donner un biberon de temps en temps pour que je sois capable de la faire garder. De 1, JE N'AI PAS ENVIE DE FAIRE GARDER MA FILLE POUR LE MOMENT, elle n'a pas encore 2 mois. De 2, si je lui donne un biberon de temps en temps, ma fille pourrait moins bien téter après et je devrai prendre un moyen de contraception autre que l'allaitement, car ce dernier ne sera plus efficace. (Voir la méthode mama pour la contraception avec l'allaitement) Je sais que je risque de tomber enceinte quand même, mais nous souhaitons avoir les enfants assez rapprochés alors ça ne me dérange pas trop ... et de 3, j'adore allaiter ma fille, c'est les plus beaux moments que je vis avec ma fille et c'est tellement, MAIS TELLEMENT, plus pratique que le biberon!

Bref, tout ca pour dire qu'on se sent souvent incompétent et qu'on se remet souvent en question lorsqu'on a un premier enfant ... mais l'important selon moi c'est de tenir à ses convictions. Si vous pensez que vous faite le meilleur pour votre enfant, personne n'a le droit de vous dire quoi et comment faire!

Bonne semaine !