dimanche 27 mars 2011

Manque de tact

J'ai l'impression des fois que les gens de mon entourage ne se souviennent plus des long mois que j'ai passé à brailler pour essayer d'avoir un bébé. Ils ne se souviennent pas que pour avoir ce bébé j'ai dû me faire opérer à l'utérus, j'ai du prendre des tas de pilules, j'ai du rencontrer une psychiatre, j'ai signé mes papiers pour aller en insémination, mais j'ai mis presque 6 mois avant d'y aller parce que je ne me sentais pas prête, mais finalement c'est arrivé tout naturellement 4 jours après notre mariage.

Oui, je sais que certaines filles ont énormément de difficulté à concevoir et contrairement à ce que les autres pensent, ce n'est pas parce que je suis enceinte présentement que je ne pense jamais à elles. À chaque jour qui passe, j'ai une pensé pour toutes celles qui vivent cette situation difficile, pour toutes celles qui versent des larmes à chaque règles, pour celles qui en auront peut-être jamais. Elles sont pour toujours dans mon coeur, car je sais très bien à quel point ça fait mal, à quel point on souffre intérieurement. Je me souviens très bien de comment c'était pour moi, alors je suis très sensible à ce qui se passe dans leur coeur.

Mais est-ce parce que d'autres ne peuvent pas avoir d'enfant ou on de la difficulté à en avoir que je dois absolument vivre ma grosssesse que je trouve difficile avec le sourire? Est-ce que je dois aimer vomir 24hrs par jour, est-ce que je dois etre heureuse de me faire dire que mon bébé risque d'avoir un spinabifida, est-ce que je dois banaliser le fait que je ne respire plus par mon nez depuis presque 3 mois et que j'utilise près de 126 mouchoirs par jour (une boite), est-ce que je dois dire youppi, je fais du diabète de grossesse et je ne peux plus manger de sucre?

Je suis désolée, mais me faire dire de ne pas me plaindre parce que d'autres filles ont de la misère ou ne sont pas capable d'avoir d'enfant, c'est comme de dire à un depressif, fait toi s'en pas, des gens se suicident pour moins que ça, t'es chanceux toi tu fais juste une dépression. Ça fait juste enfoncer le clou un peu plus profond et ça donne l'impression que vous pensez qu'on est insensible à la cause des autres.

Peut importe ce qu'il nous arrive dans la vie, il va toujours y avoir quelqu'un qui vit pire; tu as perdu ta job, fait toi s'en pas, y'a des gens qui vivent dans la rue, y te reste encore ta maison, tu t'es cassé une jambe et ça fait mal ? Plains toi pas, y'a des gens en chaise roulante qui remarcheront jamais, ton chum t'as laissé? Ne pleure pas y'en a qui ont jamais eu la chance de connaitre l'amour, Ton fils est mort? Ce n’est pas grave, y'a des femmes qui ont jamais eu la chance d'avoir un enfant, Vous voyez bien que c'est ridicule?

J'ai mal et je souffre intérieurement de vivre une grossesse aussi difficile (de mon point de vue), je culpabilise parce que je me sens mal et que je déteste ma situation alors que je l'ai désiré de tout mon coeur, je sais que certaines filles rêvent d'être enceinte tout comme je l'ai souhaité pendant 2 ans et demi et que ça dois les faire chier de me lire chialer contre ma grossesse, je le sais parce que j'ai déjà été à leur place. Je ne comprenais pas les femmes qui se plaignaient de leur grossesse, tout ce que je voyais, c'était la chance qu'elles avaient d'être enceinte ...

Étrangement, celles qui me font le plus souvent le reproche de ne pas penser à celles qui ne peuvent pas en avoir sont celles qui n'ont pas eu de difficulté à concevoir ... Pour avoir déjà été parmis celles qui ont souffert de l'infertilité, je peux vous assurer que je pense à elles à chaque journée qui passe, et que malgré le fait que je me plains ouvertement de ma grossesse, je mesure très bien la chance que j'ai d'avoir enfin un bébé dans mon ventre.

On veut être enceinte, on veut avoir un bébé, mais on ne choisit pas le type de grossesse qu'on va avoir et encore moins la façon dont on va la vivre, car dans ma tête, avant que ça m'arrive la grossesse était un moment merveilleux et il était impossible de ne pas aimer ça. J'étais aussi convaincu que MA grossesse allait se dérouler comme un charme et que les problèmes ça n'arrivait qu'aux autres ou à celles qui ne font pas attention à leur santé. À elles, celles qui fument, prennent un petit verre de temps en temps malgré la grossesse, celles qui ne mangent que du fast food, celles qui ne font attention à rien et qui ont une belle grossesse quand même, est-ce qu'on leur reproche de ne pas penser à celles qui ne peuvent pas en avoir et qui ferait n'importe quoi pour être à leur place alors qu'elles prennent des tas de risques pour leur bébé?

Pourquoi on a pas le droit de le dire quand ça va pas? Pourquoi ça dérange quand on se vide le coeur de ce qui ne va pas? De plus en plus de gens doivent consulter des psychologues parce qu'ils sont en dépression... ne croyez-vous pas que si on les avait écouter parler de ce qui n'allait pas, si on leur avait offert une oreille alors qu'ils se plaignaient de ce qu'ils trouvaient difficile, ils n'auraient peut-être pas eu à consulter... et peut-être que certaines personnes ne se seraient jamais suicidées.

Je n'en suis pas encore rendu là, mais j'ai mal et je souffre beaucoup de cette grossesse difficile. Malheureusement pour moi, je la vis très mal et j'ai hâte qu'elle se termine depuis le début, depuis que j'ai commencé à me vomir le coeur et l'âme, car depuis ce temps, j'enchaine les mauvaises nouvelles et les symptômes désagréables que je semble collectionner. J'ai toujours rêvé d'avoir une grosse famille, je voulais avoir 4 enfants ... présentement, j'ai encore de la misère à voir le bout de cette grossesse et je n'envisage surtout pas d'en revivre une autre. J'aurais tellement aimé avoir une belle grossesse, j'aurais tellement aimé me lever chaque jour en étant heureuse d'être enceinte .... au lieu de vivre chaque jour avec l'angoisse et la culpabilité qui me rongent intérieurement.

7 commentaires:

Cerise a dit…

chaques grossesses est différente heureusement alors je te souhaite que la prochaine grossesse soit heureuse et épanouie pour toi :) lache pas xxxx

Mademoiselle K a dit…

Y'en a qui manque de tact et/ou ne regarde pas plus loin que le bout de leur nez. Personnellement j'essaye de tomber enceinte depuis presque 13 mois. J'ai le mottons tous les mois. Par contre quand je vois une femme enceinte, je ne me dis jamais que c'est injuste ou qu'elle n'a pas le droit. Je suis contente pour elle. Bon ca c'est pas un exploit, mais je ne comprend pas les gens qui deviennent désagréable envers une femme enceinte quand ils n'y arrivent pas eux même.

Je te souhaite d'avoir une belle fin de grossesse, que tu aie une belle petite Olivia en santé et qu'elle vous comble de bonheur :) xxx

Minklo a dit…

Une dose de réconfort et de compréhension à distance.
Ton message est vibrant,touchant, troublant, car on sent tellement ton déchirement...
J'aime que tu ne te censures pas, car non, tout n'est pas facile. C'est même parfois très dur, la vie. Et on a le droit de le dire. Et le droit d'être respectée là-dedans.

xxx

Sissa a dit…

Ton article me fait un peu penser à celui que j'ai fait à propos d'une amie qui m'a un peu "blaster" pcq j'ai dit que j'étais à boutte. Parce que j'ai attendu 5 ans pour l'avoir, j'ai pas le droit de chialer...
Je me suis fait dire de faire attention à qui je parlais de mes émotions et surtout, ne pas l'écrire sur facebook car c'est facile de juger ou de mal interprété!

Ahlaya a dit…

Cerise : Merci, je n'envisage pas du tout une autre grossesse... je vais tenter de finir celle-ci en beauté et on verra pour la suite. Avec les chances que j'ai de ravoir du diabète de grossesse à ma prochaine grossesse, ça ne me donne pas trop le goût de retomber enceinte!

Mademoiselle K : Je crois que beaucoup de gens sont incapable de faire preuve d'empathie envers les autres. Malheureusement, il y aura toujours des gens qui auront des situations pire que la nôtre, ça ne veut pas dire pour autant qu'on doit tout accepter avec le sourire. Des fois, la vie est difficile et on n'est pas tous outilés de la même façon pour faire face aux épreuves. Je te souhaite de tout coeur que ton rêve se réalise... et surtout, que tu ais une grossesse facile!

Minklo : Merci beaucoup! c'est agréable de voir qu'il y a des gens qui comprennent.

Sissa : Je déteste facebook de plus en plus et j'ai eu ma leçon, je ne dirai plus que je suis à boute et que j'ai hâte que ma grossesse finisse. En fait, je pense bien utiliser facebook de moins en moins ... il y a des gens qu'on avait perdu de vue avec les années, et je crois que ce n'étais pas pour rien. Tout n'a pas à être dit à tout le monde.

Tu as le droit comme tout le monde d'être à boute et de trouver ton nouveau statut de maman à temps plein difficile et jamais je ne te jugerai parce que tu trouve ça difficile et surtout, je ne te dirai jamais qu'il y a des femmes qui ne peuvent pas en avoir alors tu ne devrais pas te plaindre. Je suis convaincue, que tout comme moi, tu as une pensée chaque jour pour ces femmes qui vivent cette situation difficile que tu as eu à vivre pendant 5 ans toi aussi!

virginie a dit…

a la grossesse de raphael j,étais tellement enflé, a partir de la 18e semaine que je disais que je n'aimais pas être enceinte. Et l'a c'est tout le contraire... je peux bouger, je me sens pas coincé dans un corps qui n'est pas le mieux et j'aime beaucoup plus ma grossesse et ce malgré le diabete que je n'ai pas fait a ma premiere grossesse... tu sais, tu peux manger des biscuits au chocolats pareil.... moi j'ai trouvé une sortite qui est 13g de glucide pour 2 biscuits! ca me fait donc une collation de biscuit et ca donne un petit remontant :)

seb haton a dit…

Courage à toi, tu seras tellement heureuse après l'accouchement :))
Et je suis sûr que les personnes dont tu parles ne te veulent aucun mal. Hélas, nous souffrons tous plus ou moins et parfois nous en voulons aux autres de souffrir plus que nous et de le dire...
sébastien h.